Éprouvez-vous (ou avez-vous déjà éprouvé) cette impression que vous ne réussissez rien, que personne ne reconnaît votre valeur, que vous n’avez pas ce que vous désirez et que vous n’avez pas de chance ?

Si oui, j’ai deux bonnes nouvelles :

1) vous êtes normal.

2) vous n’êtes pas déprimé, vous êtes juste distrait !

L’autre jour, je suis tombée sur cette illustration sur le compte Instagram de @guadascribbles et j’ai trouvé qu’elle faisait écho avec un état d’esprit que je rencontre fréquemment : un certain mal-être, une envie de rien, un dégoût de tout, une certaine léthargie, un sentiment de fatalisme. Il ne s’agit pas là de dépression qui constitue une réelle maladie et dont les symptômes sont plus graves. Il s’agit juste d’un coup de déprime qui peut durer quelques heures, quelques jours, voire plus.

Si on nous demande ce qui ne va pas, nous ne sommes pas toujours capables de le définir avec précision. Nous sommes juste « fatigués, avec le moral dans les chaussettes ».

Nous ne cherchons d’ailleurs pas forcément à identifier l’origine de cet état parce qu’il présente certains avantages : il justifie notre inaction, il nous permet de nous plaindre et de nous faire consoler et il peut même conforter l’une de nos croyances intérieures qui nous souffle que « nous n’avons jamais de chance, que nous ne réussirons jamais rien ou que personne ne nous aime. »

Il n’y a rien de mal à éprouver cet état et à profiter de cet avantage si cela ne dure pas trop longtemps. Sinon, vous risquez de vous y engluer sans savoir comment en sortir. Si c’est votre cas, il vaut mieux entreprendre un vrai travail sur vous-même, avec l’aide d’un professionnel (thérapeute, coach).

Mais si vous vous sentez juste déprimé, voici quelques clés pour en sortir :

 

  1. Portez votre attention sur toutes les bonnes « choses » qui vous entourent

Avec l’usure du temps, on en arrive à oublier l’importance de ces petites choses du quotidien qui nous facilitent la vie : l’électricité, l’eau courante, la voiture. La preuve : il suffit que l’une d’elles ne fonctionne plus correctement et c’est le drame !

De la même manière, quand nous sommes déprimés, nous n’accordons plus d’attention à la gentillesse des personnes qui nous entourent car nous la considérons comme allant de soi. Que ce soit notre conjoint qui nous prépare le dîner, notre collègue qui nous offre régulièrement un café, notre chien qui nous fait la fête le soir ou notre enfant qui nous annonce qu’il aimerait nous ressembler quand il sera grand, au mieux cela nous arrache un sourire, au pire nous ne le voyons même pas.

Un bon moyen d’ouvrir les yeux sur les bonnes choses qui nous entourent et d’imaginer qu’elles disparaissent subitement. Oui, je sais, c’est cruel, mais rudement efficace ! Imaginez que tout votre confort s’envole tout d’un coup et que vous vous retrouviez à vivre comme au Moyen-Âge. Imaginez que votre conjoint ne vous adresse plus la parole et n’ait plus d’attentions pour vous, que votre enfant vous déteste et que votre chien vous agresse. Ou pire imaginez que toutes ces personnes (et ce chien) disparaissent définitivement de votre vie… Alors ? Vous vous sentez toujours déprimé en réalisant que toutes ces choses positives sont toujours là ?

Notez au moins 30 choses, personnes ou actes qui vous sont bénéfiques en étant le plus exhaustif possible. Et passez au point suivant.

  1. Faites preuve de gratitude !

Maintenant que vous avez fait la liste de toutes ces choses positives qui vous entourent, vous allez éprouver de la gratitude envers elles.

Qu’est-ce que la gratitude ? C’est de reconnaître les bénéfices que nous procurent une chose, une personne, un environnement et en éprouver un sentiment de reconnaissance qui nous amène à dire merci.

Des recherches indiquent que le fait de remercier consciemment a des effets mesurables sur notre bien-être, autant que sur nos relations.

Quand nous exprimons notre gratitude, et d’autant plus quand nous l’adressons à notre entourage, nous stimulons notre nerf vague, celui qui pilote notre système immunitaire. Cela provoque un procédé chimique dans notre cerveau qui renforce notre bien-être, notre joie de vivre et notre sentiment d’amour pour les autres et pour nous-mêmes. Ainsi, notre cerveau devient notre meilleur allié pour vivre une vie plus joyeuse et épanouie.

Souvent, nous considérons que certaines choses sont acquises (l’eau courante ou l’amour de nos parents) et nous n’y prêtons plus assez attention. En ressentant de la gratitude, nous devenons plus attentifs à ce qui nous entoure dans notre vie personnelle, familiale ou professionnelle. Tout peut devenir un bon sujet de gratitude, même des événements désagréables, si on les considère comme des expériences enrichissantes qui nous permettent de devenir plus forts, une meilleure version de nous-mêmes !

A présent, prenez le temps d’éprouver de la gratitude et de la reconnaissance aux choses que vous avez notées plus haut ou à d’autres.

  1. Provoquez votre chance !

Si après avoir fait ce travail de gratitude, vous vous sentez toujours frustré envers ce que vous n’avez pas, faites en sorte de l’obtenir !

Vous regrettez de ne pas avoir de relations amicales satisfaisantes ? Au lieu de blâmer vos amis, invitez-les et comportez-vous avec eux comme vous aimeriez qu’ils se comportent avec vous. Ou alors, nouez de nouvelles relations en fréquentant d’autres cercles professionnels, de loisirs ou dans le cadre de formations ou de séminaires.

Vous n’avez pas les bons diplômes ? Passez-les ! Il existe désormais tellement de solutions pour valider les acquis de votre expérience (VAE) ou pour suivre des formations (diplômantes ou pas) et parfois même se les faire financer, que tout est possible ! Le reste est une question d’organisation.

Vous vous sentez mal dans votre peau à cause de votre physique qui ne renvoie pas une image dévoue cohérente avec celui ou celle que vous êtes à l’intérieur ? La solution idéale serait que vous appreniez à apprécier votre physique tel qu’il est et à en être fier. Il est différent des autres ? Tant mieux, vous êtes différent des autres ! C’est ce qui fait votre signe distinctif, votre particularité, votre force !

Mais si vous avez besoin d’un petit coup de pouce pour y parvenir, vous pouvez essayer de faire quelques petits aménagements : rééquilibrage alimentaire, séances de sport, maquillage, stylisme, coiffure… Il existe de nombreuses solutions.

Vous l’avez compris : vous avez en vous le pouvoir de faire évoluer les choses, de changer la donne, de transformer les obstacles en leviers.

Plus vous cultiverez cet état d’esprit, plus chaque difficulté vous apparaîtra comme un challenge à relever plutôt que comme une catastrophe insurmontable.

Alors, qu’allez-vous faire concrètement pour changer ce qui vous pèse ?

  1. Accordez-vous du temps

Si la déprime vous envahit, il est probable que vous soyez tenté de rester sous la couette ou sur votre canapé toute la journée.

Et pourtant, c’est l’inverse qui vous sortira de votre déprime ! L’action est la solution.

Je parle d’activité physique, même modérée, mais pas seulement. Je pense aussi à toutes ces petites actions que vous pourriez mettre en place et qui vous feraient du bien : acheter de bons produits pour manger sainement, s’oxygéner le plus souvent possible dans la nature, méditer, rire, créer, sourire sans raison, vous faire masser, vous adonner à une activité qui vous passionne, aller dans un musée ou au cinéma, lire un livre inspirant, sortir avec vos amis…

Ces conseils semblent très banals, mais pourtant, ils constituent la base de votre humeur. Sans ces fondamentaux, sans un corps et un esprit en mouvement et qui reçoivent un minimum d’attentions, votre moral ne pourra pas être positif.

Vous devez déjà le décider en trouvant en vous l’énergie suffisante pour agir, mais aussi vous accorder ce temps, sans culpabilité, en toute bienveillance envers vous.

Quelle action pour vous-même allez-vous mettre en place dès les 5 prochains jours ?

  1. Focalisez-vous sur l’essentiel

Si vous ressentez un état de déprime générale, il est probable qu’aucune des dimensions de votre vie ne trouve grâce à vos yeux. De la même manière, quand on est très fatigué, on voit out en noir.

Une bonne manière de faire le tri est d’étudier ces domaines avec objectivité. Ces domaines pourraient être ton état d’esprit, ta carrière, tes finances, votre santé, vos relations amoureuses, votre famille et vos relations amicales et professionnelles. Si vous deviez leur attribuer deux notes, l’une pour évaluer leur importance à vos yeux d’une part et l’autre pour estimer le niveau de satisfaction que vous leur accordez, quelles seraient-elles ?

Ensuite, identifiez le domaine auquel vous accordez le plus d’importance et qui recueille la note de satisfaction la plus basse : c’est sur celui-ci que vous devez vous concentrer en priorité et d’agir concrètement.

Et comme nous venons de le voir, rien n’est inéluctable ou figé dans le marbre, vous avez la possibilité de changer les choses. Alors faites-le, un pas après l’autre, domaine après domaine.

Notez à présent le domaine sur lequel vous souhaitez agir en précisant ce que vous allez entreprendre.

 

Vous l’aurez compris, la déprime repose souvent sur un mauvais point de vue sur ce qui nous entoure, comme si on regardait notre vie avec des lunettes sales. En changeant de lunettes (et d’état d’esprit), on arrive à prendre conscience de tous les bienfaits et les avantages dont nous bénéficions, ce qui nous aide à nous accorder le temps nécessaire pour nous chouchouter et nous investir dans des projets qui nous donneront la pêche !

 

Et vous, que faites-vous pour sortir de vos moments de déprime ?

Une citation à méditer 

“Une attitude positive vous donne du pouvoir sur les circonstances au lieu de laisser les circonstances avoir du pouvoir sur vous.”

Joyce Meyer

Vous voulez vous focaliser sur le positif

pour surmonter votre déprime ?

 

Rejoignez-moi dans un Atelier du Bonheur

ou suivez le Programme Objectif Joie de vivre en 21 jours !

%d blogueurs aiment cette page :